HOME
  SYSTEMES DE FILTRATION EN SURPRESSION
Home
 
 
   Ventilation
   Filtre Air Charbon Actif
   Filtre P3
Réglementation

Réglementation système de filtration en surpression. 

Cette règle ne s'applique que dans les Pays-Bas. Il peut être considéré comme une directive. Demandez les lignes après votre travail. (En France travaillent toujours sur les lignes directrices pour travailler dans un environnement contaminé)

Publication 132 du CROW

Cette réglementation s'applique uniquement aux travaux sur sol contaminé, bien qu'elle soit également utilisée pour d'autres secteurs en raison d'une justification professionnelle.

8.5 Systèmes de filtration/surpression et filtres

Le matériel équipé d'un système de filtration/surpression ne doit être autorisé que dans les cas suivants :

  • Lorsque l’inspection des systèmes de filtration/surpression a été effectuée moins d'un an auparavant.
  • Lorsque la surpression mesurée dépasse les 100 Pascal (machines antérieures au 1.1.1997 : 50 Pascal) ;
  • Lorsque les filtres appropriés sont posés sur indication de l'expert ;
  • Lorsque la cabine est équipée d'un instrument de mesure, souvent un compteur d'hydrocarbures (affaires calibrées au moins une fois par an), avec lecture à l'intérieur de la cabine, et avec signalisation acoustique et optique en cas d’absence de surpression et infiltration des filtres ;
  • Lorsque l'expert établit la nécessité d'autres instruments de mesure, par exemple en cas de HCN, ammoniaque, etc.
  • Lorsque le contrôle climatique fonctionne.

-       Une défaillance du système de filtration/surpression, comme l'aspiration de faux air et/ou un caisson de filtration non-étanche, est visible à la lecture de la surpression mesurée dans la cabine. En cas de défaillance, le travail doit être interrompu immédiatement. Les réparations doivent être effectuées en dehors de la zone contaminée.

-      Le système de filtration/surpression doit répondre aux exigences suivantes:

  • Une normalisation CE Le système de filtration/surpression composée de l'installation elle-même, et des filtres à utiliser, doit être normalisé CE dans sa totalité.
  • La pose extérieure doit être telle que la vie du machiniste n'est pas gênée. - Résistance aux chocs et aux impacts.
  • Une surpression (mesurée dans la cabine) d'au moins 100 et au plus 300 Pascal (machines antérieures au 1.1.1997 au moins 50 Pascal).
  • Un rendement d’air d'au moins 40 et aux plus 120 m³ par heure et un temps de contact d'au moins 0,2 seconde.
  • Le moteur doit être placé de telle façon que l'air aspiré ne peut affluer qu’à travers les filtres.
  • Le point d'admission de l'air aspiré doit être situé de façon à rendre impossible l'aspiration de gaz d’échappement.
  • Démarrage automatique, pour garantir la mise en marche du système de filtration/surpression.
  • L'arrivée dans la cabine ne doit pas être dirigée directement sur l'utilisateur.
  • L'installation et l'étanchéité sont construites de façon à exclure toute fuite entre le caisson et les filtres.
  • Signalisation optique et/ou acoustique dans la cabine (présence suppression, présence filtres, présence substances nocives).
  • Le système de filtration/surpression doit être inspecté tous les ans sur la base des exigences susmentionnées. Le rapport d'inspection correspondant, mentionnant les valeurs mesurées doit être conservé près de la machine.

Généralités sur les filtres à poussière et à charbon actif:

Le choix des filtres devant équiper les systèmes de filtration dépend de la nature et de la concentration de la substance contaminée. Le type de filtre et la répartition des filtres pour le matériel sont les mêmes que pour la protection des voies respiratoires. les explications sur les filtres, consulter le module 9 : « Moyens de protection individuelle ».

Les filtres utilisés dans le système de filtration/surpression doivent répondre à la norme CE pour toute installation.

Les filtres doivent s'adapter facilement et aucun faux air ne doit être aspiré. Dans certains cas il conviendra de poser un cadre supplémentaire dans le caisson à filtres pour parvenir à une bonne étanchéité. L'installation et l’étanchéité doivent être construites de façon à exclure toute fuite entre le caisson et les filtres.

Les filtres doivent être changés avant le début du projet. L'expert peut décider que le remplacement n'est pas nécessaire lorsqu'il est possible de démontrer les heures d'utilisation (le comptage des heures d'utilisation dans le journal de la grue ou d'un navire peut prouver que les filtres présents satisfont encore aux exigences).

-        Les informations suivantes doivent être mentionnées sur filtre:

  • Le type de filtre (filtre à charbon ou filtre poussière) ;
  • La date de fabrication ;
  • La date de mise en service ;
  • Le cas échéant, la date limite de conservation.
  • Filtres à poussière

Il existe trois types de filtre à poussière pour les installations de filtration/surpression : P1 (F3), P2 (G7) et P3 (H13). Lorsque la substance contaminée contient (entre autre) des poussières, un seul filtre à poussière est posé.  Dans certains cas, en plus d'un filtre poussière P3 un filtre supplémentaire P1 est posé. Ce filtre P1 retient les grosses poussières et prolonge la durée de vie du filtre P3. Le filtre à poussière (EN779 et EN1822) doit être remplacé en cas de forte salissure visible ou au maximum six mois après la date de mise en service. Attention : Lors du remplacement du lot de filtres (filtres à poussières) tous les filtres à poussières doivent être remplacés. Le filtre T1 peut retenir des substances nocives, tels des fibres d'amiante.

Filtres au charbon actif

Les filtres au charbon actif (filtres à gaz/vapeur) dans les systèmes de filtration/surpression peuvent être combinés de plusieurs façons. Pour un système de filtration/surpression, il faut une quantité de charbon actif minimum de 10 kg par filtre (entre autres les filtres A, AX, B, E, K et Hg). Les filtres à charbon actifs doivent être remplacés en cas d’infiltration ou saturation du charbon actif. pour savoir si tel est le cas, il convient de le mesurer, à l'aide d'un instrument de mesure de la qualité de l'air, avec des capteurs dans la cabine (pour déterminer la nature de la pollution inspirée par le système) et après le caisson de filtration (mesure de la libération de pollutions est donc de la saturation du charbon actif). Ce système de mesure doit être équipé d'un système de journalisation des données. L'expert doit pouvoir lire et apprécier les valeurs au moyen d'une communication de données. Le machiniste doit également pouvoir lire les valeurs actuelles. le système de mesure décrit ci-dessus peut également faire partie intégrante du système de filtration/surpression.

Si les mesures avant et après le caisson de filtration ne sont pas effectuées, il convient de retenir une durée d'utilisation des filtres à charbon actifs de 13 semaines (en partant du principe d'une utilisation de 40 heures par semaine). La mesure de la qualité de l'air à l'intérieur de la cabine est une obligation. Lorsqu'il s'avère que les filtres à charbon sont saturés avant les 13 semaines indiquées, les filtres doivent être remplacés aussi souvent que nécessaires.

L'expert peut imposer des conditions supplémentaires aux filtres et/ou au système de mesure.

Changements de filtre

Les filtres à charbon neufs doivent être emballés hermétiquement et scellés. En outre, le filtre doit être construit et posé de telle manière à ce que leur remplacement ne nécessite aucun outil. Ceci pour permettre à l'utilisateur de porter les moyens de protection individuelle préconisés lors des changements de filtres. Dans tous les cas il convient de porter une combinaison d'assainissement et des gants. Selon la nature de la pollution, l'expert impliqué peut décider de la nécessité ou non d'une protection des voies respiratoires.

Une fois le filtre déposé du caisson, ils doivent être emballés solidement ou stockés dans un emballage fermé. Une fois les filtres usagés, ils doivent être marqués comme déchet dangereux et être évacués conformément à la loi sur la protection de l'environnement (voir chapitre 2 « Législation »). La dépose des filtres doit toujours intervenir à la fin du travail, avant que le matériel soit transporté. L'expert peut décider que, au moment du départ du site de travail, les filtres à air des moteurs des machines doivent être remplacés. Des pollutions peuvent être accumulées dans ces filtres. Il convient de porter la protection individuelle appropriée lors du remplacement.

8.6 Nettoyage et entretien du matériel sec et humide

Le nettoyage du matériel et des outils doit intervenir aussi souvent que nécessaire afin d’éviter la pulvérisation des pollutions séchées du sol (du lit d’eau) et donc d’empêcher la formation de poussières.

Lorsque la formation de poussière est une possibilité, il convient de l’empêcher en humidifiant le terrain/matériel là où cela s’avère nécessaire. Pour ce faire, une installation d’arrosage, dont la capacité correspond à la formation de poussière attendue, doit être présente. Les plats-bords des barques et navires doivent être entièrement nettoyés après le chargement. Ce nettoyage s’effectue en pelletant les matières, déversées par accident sur les plats-bords, dans la cale.  Ensuite, balayer, et pour terminer (si autorisé) rincer ou arroser les plats-bords. En cas de travaux sur des tuyaux (de refoulement), il est nécessaire de rincer les tuyaux d’abord. Lors de l’inspection des tuyaux, les employés doivent disposer des moyens de protection individuelle appropriés. Le matériel mis en service dans la zone polluée doit être nettoyé à fond au moment de la démobilisation, avant de quitter le site. Lors de ce nettoyage, il convient, autant que possible, d’éviter la formation d’aérosols. Des moyens de protection individuelle appropriés doivent être portés lors du nettoyage du matériel.

Info technique des filtres à charbon ABEK 230310

ABEK

L’ABEK R1/R2 est un type de charbon fortement imprégné, fabriqué à partir d’écorces de noix de coco d’une qualité particulière. Ce charbon est activé sous vapeur, et chargé de divers composants chimiques en tant qu’ensemble.

Il ne se compose donc pas d’un mélange des différents types de charbon, ce qui est fortement déconseillé.

Ce charbon ABEK est fabriqué pour purifier l’air de respiration et peut être utilisé pour un grand nombre de matières. Lorsqu’il est utilisé dans un système de filtration/surpression correctement conçu, avec une vitesse de l’air limitée (40 à 120 m3), il offre une protection maximale contre : les vapeurs organiques, certains gaz anorganiques, les acides, l’ammoniaque et les dérivés organiques. La règle est que le gaz dangereux le plus difficile à contrôler, présent sur site, détermine la durée d’utilisation de ce produit. 

Type:

  • Gaz
  • Conc. d’entrée % Vol.
  • Conc. de détection
  • ppm (v)
  • EN 14387
  • ABEK contre ABE/K

Selon la norme EN14387, le charbon ABEK doit être produit comme un tout, où le charbon par grain, est chargé de divers imprégnants chimiques et de métaux. Cette charge intervient en ouvrant le charbon à la flamme, puis en le guidant à travers différents bains contenant des imprégnants, le charbon devant être séché à chaque étape. Ce processus est onéreux et nécessite beaucoup de travail. Le traitement permet au charbon d’agir comme catalyseur, où certaines substances chimiques sont transformées en résidus inoffensifs. En outre, le charbon se lie aux substances ajoutées en les fixant dans les pores des grains de charbon.

L’ABE/K peut être utilisé comme alternative de l’ABEK. Le charbon ABE parcourt 60 % du même processus qu’un véritable charbon ABEK. Le charbon K est placé dans une section séparée du filtre. Ce filtre peut être utilisé comme alternative moins onéreuse lorsque le désir d’investir dans la variante ABEK, plus onéreux, est absent. Ce type de charbon peut être utilisé en cas d’absence d’obligation, ou de souhait, de satisfaire à la norme ABEK 14387 sur l'air de respiration. Les durées d’utilisation et de charge doivent être surveillées par un expert en sécurité.

Alternatives potentiellement dangereuses

A/B/E/K ou A.B.E.K : Cette variante ne satisfait pas à la norme sur la protection des voies respiratoires et ne doit pas être utilisée dans un tel cas. Lorsque vous rencontrez un tel cas, ou que vous le suspectez, on peut supposer qu’un mélange de types de charbon a été placé dans un filtre. Il ne s’agit pas de charbon ABEK, malgré le fait que cela est suggéré. Il est même fortement déconseillé de verser du charbon de types différents en vrac dans un bac. La quantité présente de charbon par type n’est que limitée, et la garantie de protection est donc insuffisante. Nous avons trouvé cette variante dans des copies de filtres. Des tests dans un laboratoire indépendant ont démontré que le HCN (Acide prussique trouvé lors de l’assainissement d’usines à gaz) n’était pas suffisamment absorbé. Durée d’utilisation* selon la norme > de 25 minutes. Copies de filtres ; RA 0 minute et RO 6 minutes. Mortel ! *La qualité d’ABEK utilisée par Trans Elektro excède la norme d’une valeur de 53 minutes.

Charbon ABEK pour les applications industrielles : Cette variante ne satisfait pas à la norme sur la protection des voies respiratoires et ne doit pas être utilisée dans un tel cas. Attention : il ne s’agit pas d’une variante de l’air de respiration ! Cette variante BEK est souvent utilisée sur le côté sortie d’une usine, dans le but de repousser les émissions. Un ensemble métallique est souvent utilisé (par ex. Acheteur) ce qui peut s’avérer dangereux.

En cas de doute sur l’utilisation d’un produit original, vous pouvez vérifier le logo ci-dessous sur le filtre. En cas d’absence : ce n’est pas un produit original.